Accueil ACTUS DE L'OISE Oise : un homme visé par une tentative d’assassinat dans le centre-ville...

Oise : un homme visé par une tentative d’assassinat dans le centre-ville de Mouy

15
0
PARTAGER

Deux hommes à scooter ont tiré à plusieurs reprises sur le pare-brise d’une voiture. L’occupant visé est sorti indemne.

C’est une affaire nébuleuse, une sombre tentative d’assassinat, que tentent de résoudre les gendarmes de Méru depuis lundi soir. Ce jour-là, peu après 19 heures, un scooter s’engage dans le centre-ville de Mouy (Oise). Dessus, deux hommes casqués. A l’arrière, le passager est armé d’un fusil.

A hauteur d’une maison, l’un des assaillants descend de son scooter, et ouvre le feu en direction d’un homme qui se trouve en bas de chez lui, dans sa voiture. Un premier coup de fusil est tiré en l’air, puis, très vite, un deuxième et un troisième, qui explosent les deux pare-brise du véhicule. Miraculeusement, l’homme n’est pas blessé.
Rapidement, les gendarmes se mettent sur la piste du tireur, mais ils ne disposent que de peu d’indices. Ils font tout de même le lien avec une autre affaire : la compagne de l’homme visé, qui n’avait jamais déposé plainte, aurait été victime de coups par un ancien compagnon. La victime des tirs explique aussi qu’il lui semble avoir reconnu, même casqué, l’ancien conjoint de son amie.

L’individu viendrait s’expliquer ce jeudi

Sauf qu’il est plus de 21 heures et que les gendarmes ne peuvent pas aller l’interpeller. Ce mardi après-midi, un important dispositif de la gendarmerie de Méru, épaulée par celle de Chantilly, a donc investi le Hameau de Tillet, à Cires-lès-Mello. L’homme recherché n’était pas présent, mais sa famille lui a passé le message. L’homme aurait d’ailleurs annoncé son intention de venir s’expliquer ce jeudi. «L’affaire est étonnante, confie une source judiciaire. Les auditions devraient permettre de connaître le rôle exact de cet homme.»
Selon des témoins, les coups de feu ont été tirés entre l’entrée du parc municipal Georges-Sand et le feu rouge de la rue Noël-Ruffier. «Nous avons été sollicités par la gendarmerie pour fournir les images des caméras de vidéosurveillance de la ville», indique le premier adjoint de Mouy, Jean-Marc Bourgeois. Des habitants du quartier confirment avoir été interrogés par les gendarmes, sans apporter plus de détails. «Je viens de Seine-Saint-Denis, confie un riverain. Alors que cela arrive à Mouy, ça fait peur.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here