La colère des gilets jaunes converge vers Emmanuel Macron

138 vues

Plus la crise des gilets jaunes s'enlise, plus la personnalité du président de la République est mise en cause. Si

"Les Gaulois réfractaires sont dans la rue." Alors que la crise des gilets jaunes s'enlise après un nouveau week-end marqué par des scènes de violences et de chaos à Paris et en régions, ainsi que par le décès d'une personne près de Arles sur un barrage de manifestants, le gouvernement et ses parlementaires tentent tant bien que mal de répondre à une situation qui semble incontrôlable.

Et au sein même du courant majoritaire, des divisions apparaissent sur le type de réponse à apporter. Fait inédit, comme le rapporte Le Figaro ce lundi, certains députés de la République en marche, sous couvert d'anonymat, imputent désormais en grande partie la situation actuelle à la personnalité... d'Emmanuel Macron. En cause, les petites phrases du président de la République qui émaillent son aventure élyséenne, des prémices de sa campagne à ses premiers mois dans l'exercice du pouvoir. En particulier, celles sur les "Gaulois réfractaires aux réformes" et le fait qu'il suffise de "traverser la rue pour trouver un job", qui trouvent des échos dans les slogans proclamés dans la rue.

"Je nierai vous l'avoir dit mais voilà ce que je pense: 80% du bordel des 'gilets jaunes' est le résultat des petites phrases du chef de l'État depuis six mois", confie ainsi un parlementaire du parti au pouvoir chez nos confrères.

"Jupiter, c'est fini"

Cette idée que la contestation dans la rue se cristallise autour de la personnalité du président de la République fait désormais le sel de l'opposition. "Avec son arrogance, Macron déchire la France" a ainsi accusé le député de la France insoumise François Ruffin, dès ce dimanche, lors d'une allocution réalisée devant l'Élysée.

Même argument, ce lundi, pour Olivier Faure. Juste après avoir été reçu en consultation à Matignon, le leader du PS a affirmé que "Jupiter, c'est fini", en référence la personnalité hautaine prêtée à Emmanuel Macron depuis son arrivée à l'Élysée. "Il faut descendre de l'Olympe, c'est pas possible de rester comme il l'est, dans le déni, et de ne pas considérer ce qu'il se passe dans son pays, avec des Français qui n'en peuvent plus et qui demandent simplement à être entendus."

Toujours pour le premier secrétaire du Parti socialiste, les citoyens vivent "comme une humiliation" le fait "qu'on ne réponde jamais à leurs questions".

"Maintenir le cap"

Au lendemain des affrontements qui ont éclaté entre protestataires et membres des forces de l'ordre dans plusieurs régions du pays, le gouvernement a en effet fait savoir qu'il n'avait pas l'intention de "changer de cap", car "le cap est le bon", notamment par le biais de son porte-parole Benjamin Griveaux sur notre antenne.

Depuis le G20 à Buenos Aires où il s'est contenté de condamner rapidement les violences alors encore en cours en France, et son retour à Paris, le président de la République s'est contenté de remercier les forces de l'ordre et des secours pour leur travail lors des affrontements. Il a depuis fait savoir qu'il ne s'exprimerait pas de nouveau ce lundi et ce, alors que beaucoup tablent sur un geste en faveur des gilets jaunes pour mettre un terme aux blocages et aux heurts qui les entoure. Quitte à ce que "Jupiter" recule pour la première fois de son quinquennat.